MALIKA FERDJOUKH, FAIS-MOI PEUR, L’école des loisirs, 247 pages, 1994. Genre : roman qui fait peur.

vaut_le_d_tour    Je les aurai presque tous lus les romans de Malika Ferdjoukh et, très sincèrement, sur le lot, je n’ai jamais été déçue.  Dans Fais-moi peur, elle s’attaque au roman qui fait peur (je suis bon public, je sais, mais j’ai marché à fond).
    Une maison pleine d’enfants, seuls pendant que les parents sont sortis à l’opéra, est prise pour cible par un psychopathe qui se croit l’objet d’un chantage. Ces garnements sont vraiment attachants et ce psychopathe vraiment effrayant. Malika Ferdjoukh prend le temps de nous raconter qui sont ces enfants pour être certaine que l’on tremble avec eux. Et ça marche ! Pour vous plonger dans l’ambiance, voici un petit extrait :
    « L’homme ne réagit pas tout de suite. Il marcha deux ou trois mètres, paraissant ne s’être rendu compte de rien. Mais quand il fit volte-face, la capuche glissa sur ses cheveux et les enfants découvrirent son visage qui les pétrifia. Un visage d’humain où l’humanité n’était pas. Il était… Comment décrire ces yeux redoutables ? Plus glaçants que le vent, plus saisissants que l’hiver ? Cette expression que les enfants n’avaient jamais vue sur aucun visage et ne reverraient jamais ailleurs ? Qui les recroquevilla à l’intérieur d’eux-mêmes. Un masque de haine, qui faisait penser aux fusils, à la guerre, aux cauchemars, aux malheurs. Et dans leur dos passa l’ongle très froid de l’effroi. »
    Décidément, quel que soit le thème développé par l’auteur, elle réussit son pari. Elle fait partie de mes auteurs préférés et vous pouvez choisir n’importe lequel de ses livres, vous ne serez pas déçus. J’ai un faible tout particulier pour Les quatre sœurs (merci Mélo).
    Bon effroi à vous !fais_moi_peur