RACHEL CORENBLIT, DIX-HUIT BAISERS PLUS UN, Éditions du Rouergue, 116 pages, 2008. Genre : un ado fait une tentative de suicide. Pourquoi ?

     18_huit_baisersReçu dans mon colis du swap littérature jeunesse, je me suis précipitée dessus pour trois raisons : l'auteur, le titre (intrigant, non ?) et la polyphonie (vous l'aurez maintenant compris, j'aime les romans à plusieurs voix).
   
    Alex est retrouvé dans un local poubelle, la corde au cou. Qui est-il ? Pourquoi en est-il arrivé là ? Dix-sept filles et femmes de son entourage ou rencontrée en coup de vent essaient de répondre à cette question. Chacune relate la rencontre ou ce qu'Alex leur a inspiré. Toutes essaient de comprendre et le lecteur aussi.

    Ne voulant pas trop en dévoiler, je ne peux guère en dire plus sur l'histoire. Rachel Corenblit sait parler aux ados d'aujourd'hui (ou aux adultes comme moi). Pas de mots édulcorés, pas de faux-semblants, juste une certaine réalité. De la littérature jeunesse comme on l'aime : une vraie histoire, un vrai style d'écriture (la voix est différente à chaque fois et les mots suivent) et un vrai plus (on cherche dans ses souvenirs ce garçon ou cette fille qui dans nos années lycées ressemblaient à Alex). Rachel Corenblit sait nous parler et nous toucher. Les éditions du Rouergue ont encore tout bon. Décidément...

livreslivreslivres