P1000406

gregoire

Ce mercredi 20 mars 2019 nous avons accueilli avec beaucoup de plaisir Marc Roger.

Marc Roger est un lecteur public professionnel au sein de La voie des livres.

Une quinzaine de personnes est  présente dans la salle Mathurin Monier pour l'écouter. Pour son quatrième passage en nos murs cet amoureux des livres est venu nous présenter son premier roman Grégoire et le vieux libraire.

Marc Roger a écrit auparavant trois ouvrages où il présente ses expériences de lecteur : pendant ses tours de France, de la Méditerranée, ou encore son périple Saint-Malo - Bamako, à pied et à voix haute ! Après avoir publié  ces trois récits de voyage, les libraires l’ont encouragé à écrire un roman. Mais il faut du temps. La graine était semée mais pendant quatre à cinq ans rien.

Pourquoi ce livre ? Pourquoi Grégoire et le vieux libraire ? L’échange est lancé.

Marc Roger parle d'une voix tranquille, nourri de ses expériences, le livre parlera de lecture. Il construit une histoire autour de deux personnages : un vieux libraire, monsieur Picquier, qui vit dans une maison de retraite. Sa chambre de 8 m² accueille 3 000 livres ! Marc Roger a interviewé des libraires à la retraite, pour avoir un matériau crédible. Pour alimenter l'histoire, il s’est également inspiré de son vécu et des centaines de lectures qu'il a partagés dans des maisons de retraite.

L'autre personnage est un tout jeune homme sorti trop vite du système scolaire : Grégoire. Il a trouvé un travail dans la maison de retraite du vieux libraire, il ne sait pas bien quoi faire de sa vie. Grégoire travaille aux cuisines et à la blanchisserie où il est harcelé par un collègue. Il essaie de s’en échapper en aidant dans les autres services. Il rencontre ainsi le vieux libraire, entouré de livres mais qui ne peut plus lire ! Et c’est le jeune homme, qui pour avoir une heure de répit, propose au vieil homme de venir lui faire la lecture. Il commence avec le vieux libraire, puis d’autres pensionnaires viennent écouter, la chambre n’est plus assez grande, il faut le salon …

Marc Roger lit un extrait, s’anime, se lève, les personnages sont là. L’assistance est captivée, elle assiste à l’entraînement de Grégoire. Le vieux libraire le fait, en effet, se baigner dans le canal pour lui faire travailler sa diction ! Marc Roger nous dit avoir appliqué lui-même cette méthode pour faire travailler son diaphragme, son œil est malicieux. Plaisante-il ? Nous ne le saurons pas.

De nouveaux échanges s’installent entre Marc Roger et le public présent. Chacun parle de son expérience de lecture à voix haute. Il ne faut pas avoir peur nous rassure-t-il, il faut se lancer, ne pas avoir peur d’être ridicule. Et puis adapter le curseur en fonction du public comme Grégoire à la maison de retraite. Marc Roger a un regard bienveillant sur les expériences de chacun et nous encourage.

Ce livre parle de nos angoisses, de la difficulté de choisir son chemin quand on est jeune, mais aussi de la fin de vie, du corps qui s’abîme. L’expérience de Grégoire montre la dureté de la vie, de la vie professionnelle mais que l’on peut, par la lecture, trouver un moment hors du temps, se mettre dans une bulle, et évacuer le stress de la vie.

Les personnes qui l’ont lu soulignent que c’est un livre rempli d’humanité, d’émotions, avec beaucoup de compassion.

Marc Roger termine par une nouvelle lecture, un album jeunesse dans Dans la gueule du monstre de Colette Barbé. Dans le livre, Grégoire le lit aussi à l'occasion de l’arbre de Noël de la maison de retraite. Marc Roger lit livre ouvert : il a recopié le texte au dos et peut ainsi le lire tandis que le public voit les images. Il fait vivre les personnages, il donne, il joue avec les voix. Les adultes présents suivent, sourient, rient. Quand le lecteur est bon il n’y a pas d’âge pour écouter un livre.

Chacun repart après avoir passé un très bon moment et fait une très belle rencontre.

Nathalie O.

Grégoire et le vieux libraire, Marc Roger, Albin Michel, 2019. 233 p.

Dans la gueule du monstre, Colette Barbé-Julien, Jean-Luc Bénazet, Milan Jeunesse, 2007. 36 p.