AGOTA KRISTOF, LA TRILOGIE DES JUMEAUX, Points, 465 pages, 1991. Genre : l'histoire de jumeaux en trois volumes.

   trilogie_des_jumeaux Des bloggeuses bien connues se sont mis à trois pour me convaincre qu'il fallait absolument que je m'essaye à cette histoire si particulière. Et pour ne pas les nommer, vous pouvez retrouver leurs billets ici, ici et .
   
    Dans le premier volet Le grand cahier, on fait la connaissance des jumeaux (dont on ignore les prénoms), recueilli par leur grand-mère, une femme méchante qui ne les aime pas. Leur quotidien est fait de violence, de manques, d'insultes, d'horreurs. Le pays est en guerre et il faut apprendre à survivre. Ces jumeaux ne sont pas sympathiques même si ce qu'ils ont vécu donne des explications sur leur conduite. Ils sont à peine humanisés d'ailleurs, on ne connaît pas leur prénom, ils sont interchangeables, comme si ils étaient une seule et même personne. L'écriture d'Agota Kristof est glaciale, distante, seul le minimum de mots est utilisé. Comme si l'auteur voulait s'éloigner de ses personnages si individualistes et méchants.
   
    Dans le second volet La preuve, on ne retrouve que Claus qui est resté au village. Lucas a franchi la frontière à la fin du premier tome, pour qu'ils apprennent à vivre l'un sans l'autre. Claus pense à son frère tout le temps et se demande ce qu'il est devenu. Il s'occupe des autres, comme si cela pouvait diminuer la douleur du départ de Lucas. Il rend visite au curé tous les jours, il recueille Yasmine et son fils infirme Mathias. Il s'attache à Clara qui ne peut oublier son mari assassiné par erreur. Il se construit une vie pour survivre sans son frère. Agota Kristof utilise beaucoup le non-dit et le sous-entendu pour ne pas dire l'indicible, pour suggérer l'horreur de cette vie. mais est-ce bien réel tout ça. Claus a-t-il vraiment un frère jumeau ou a-t-il tout inventé pour mieux supporter la solitude et l'horreur de la guerre ?
    
    Enfin, dans Le troisième mensonge, Agota Kristof met le point final à cette histoire en révélant le pourquoi du comment. Je n'en dirai pas plus sur cette partie pour ne pas gâcher l'effet de surprise.


    J'ai beaucoup aimé ce roman. L'écriture d'Agota Kristof m'a impressionnée par cette froideur, cette distance qu'elle a su créer, pour ne pas juger ses personnages et ce qu'ils vivent. Je me suis un peu lassée au début du troisième volume avant de ne plus pouvoir le lâcher pour enfin comprendre cette histoire que l'auteur distille petit à petit. C'est un roman très marquant grâce à l'écriture renouvelée dans chaque volet, aux personnages très forts des jumeaux et à cette idée que ce qui paraît être vrai ne l'est peut-être pas. J'ai aimé me faire balader par l'auteur dans cet univers si particulier. Je vous en conseille vivement la découverte

    Bonne lecture !!

livreslivreslivres